Archives nationales d'outre-mer (Afrique, Algérie, Amérique, Asie, Dom-Tom)

Les ANOM conservent les archives de l'ancien empire colonial français (Amérique du Nord, Afrique, Asie), de l'Algérie et de l'outre-mer français actuel. Elles sont de plus en plus engagées dans le champ de la mémoire partagée, car les archives qu’elles conservent sont un patrimoine commun à la France et à ses anciennes possessions outre-mer. Ce guide permet à chacun de découvrir bien des histoires familiales et sa généalogie d’outre-mer.

Archives nationales d'outre-mer (Afrique, Algérie, Amérique, Asie, Dom-Tom)

SKU : 978-2-35077-376-6
12,00 €Prix
  • Les Archives nationales d’outre-mer (ANOM), héritières de trois siècles d’histoire, conservent les archives des ministères en charge du XVIIe au XXe siècle de l’empire colonial français, celles transférées en partie des anciennes colonies et de l’Algérie lors de leurs indépendances (à l’exception des protectorats du Maroc et de la Tunisie, du mandat français en Syrie et au Liban), des archives privées relatives à l’outremer français, une cartothèque, une iconothèque et une bibliothèque spécialisées.

    Qui imaginerait trouver, derrière les beaux murs des ANOM à Aix-en-Provence, le carnet d’Alfred Dreyfus au bagne de Guyane, le traité de paix de 1701 entre la France et les nations indiennes, le brouillon de la minute du décret d’abolition de l’esclavage de 1848, ou quelque 120 000 dossiers de condamnés aux bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie ?

    Au-delà des archives des grands noms de la colonisation, on trouve aux ANOM l’histoire des hommes et des femmes qui ont vécu outre-mer, une histoire riche en émotions et un passé difficile et douloureux encore aujourd’hui. Les documents conservés permettent de répondre parfois à l’attente de très nombreux citoyens en quête de leur passé, de leur famille. Les 7 000 courriers annuels reçus de plusieurs continents concernent des demandes d’état civil, d’attestations de carrière, des états de services militaires…

    Un peu plus de cinquante ans après leur création, les ANOM sont de plus en plus engagées dans le champ de la mémoire partagée, car les archives qu’elles conservent sont un patrimoine commun à la France et à ses anciennes possessions outre-mer. Ce guide permettra ainsi à chacun de découvrir bien des histoires familiales d’outre-mer.